Quelques réflexes à avoir en cas de complication d’une maladie à domicile

La maladie peut survenir à tout moment dans la vie d’un humain. Pour une raison ou pour une autre, certains malades sont obligés de suivre leur traitement à domicile. Cependant, ils ne sont pas à l'abri d’une complication à tout moment. Face à une telle situation, que faut-il faire ? Le présent article répond à cette préoccupation en mettant en relief quelques bons réflexes à avoir en de pareilles circonstances.

Alerter immédiatement le service de santé le plus proche

Joindre expressément le centre médical de prise en charge le plus proche, est le tout premier bon réflexe à avoir lorsqu’une complication de maladie survient à domicile. Au lieu de se lancer dans une tentative d’apaisement avant d’évacuer le patient, il faut plutôt alerter immédiatement le service de santé à proximité. Cela permet une intervention rapide des professionnels du corps médical pour une meilleure évacuation. Vous devez alors avoir en amont les coordonnées de tous les centres médicaux ou hospitaliers de votre zone de résidence tout en identifiant les meilleurs. Par ailleurs, il existe des organismes auxquels vous pouvez recourir au besoin pour avoir du soutien, notamment pour certaines maladies spécifiques. Par exemple, il existe en France une association des personnes souffrantes de la maladie d’Alzheimer. Pour avoir une idée sur la nature du soutien de ladite association, lisez ceci.

Que faire avant l’arrivée de l’équipe d’évacuation ?

Lorsque la maladie connaît une évolution défavorable, il existe des actions à mener à l’endroit du malade en attendant l’arrivée de l’équipe médicale. Lorsque le malade s’étouffe, qu’il s’agisse d’un enfant ou un adulte, il faut agir le plus vite pour le réanimer jusqu’à l’arrivée des premiers secours. En cas de perte de connaissance, les gestes utiles consistent à libérer les voies aériennes et dégager son cou de tout accessoire qui gênerait sa respiration. Si la complication vire à un arrêt cardiaque, il faut immédiatement effectuer 30 compressions thoraciques puis 2 insufflations. Ce sont là des bons gestes qui sauvent les malades en cas de complication à domicile.